Le stress - un mal nécessaire ?

Nous ressentons tous de plus en plus les effets du stress dans nos vies. Selon l'étude du Dr Herbert Benson de l'Institut médical américain Benson-Henry, 80% des consultations médicales sont liées au stress. La conclusion logique serait donc que le stress est mauvais.

Et cela n’est pas loin de la vérité. Le stress déclenche automatiquement une réaction de « combat ou de course » dans le corps, préparant le corps à faire face à la situation. Concrètement, les glandes surrénales libèrent de l'adrénaline et du cortisol, les battements du coeur s'accélèrent, la tension artérielle augmente. Le système digestif ralentit ses fonctions, augmentant ainsi le risque de gain de poids malgré une alimentation saine ; de plus, le système immunitaire n'a plus pour principale préoccupation la défense contre les maladies, ce qui nous rend vulnérables. Ce ne sont là que quelques-unes des réactions du corps pendant les périodes de stress, peu importe la nature de la situation qui a causé le stress (un événement désagréable, comme une perte importante ou un événement heureux, comme un mariage).

   Le rapport stress / performance

 

Le graphique ci-dessus montre cependant qu'un faible niveau de stimulus génère également une très faible performance. Avez-vous eu l'occasion d'entrer dans un restaurant avec peu de clients, même à l’heure de pointe ? Probablement que la serveuse qui vous a accueilli pouvait sembler légèrement perturbée par votre présence. L'attitude apparait, bien sûr, dénuée de sens car si elle n'a pas beaucoup de clients à ce moment là, elle pourrait leur accorder plus d’attention et mieux s'occuper des clients présents. De plus, il n'aurait aucune raison d'être fatiguée. Juste que malgré les apparences...le manque systématique d'activité peut consommer aussi de l'énergie, ennuyer et même fatiguer.

Donc, une certaine quantité de stress est nécessaire.

Nous avons besoin de défis, de dates butoir, de situations nouvelles et complexes pour nous activer, stimuler notre créativité et nous aider à bien performer. Si vous avez déjà eu un instrument de musique à cordes dans votre main, alors vous savez qu'il faut de la tension dans les cordes pour que le son soit juste et harmonieux.

Cependant, trop de pression peut également influencer négativement la performance. En revenant à l'exemple avec l'instrument médical, trop de tension dans les cordes peut les casser. « Trop de pression » pour nous peut signifier l’influence du même stimulus sur une longue période de temps (par exemple, la peur continue de perdre son emploi) ou la présence de plusieurs stimuli à la fois (deux ou plusieurs échéances, des conflits qui se chevauchent dans l'équipe, les objectifs peu clairs etc.). Dans ce cas, l'effet est la surcharge, autrement dit le burn-out tant redouté.

Alors, combien de stress est bénéfique ?

La réponse à cette question est unique pour chacun d'entre nous. Nous sommes sensibles aux différents stimuli, nous vivons les évènements différemment, nous nous manifestons différemment. Certains indicateurs peuvent nous aider, quand même, à répondre à la question : à quel point le stress est-il bénéfique pour moi ?

Vous êtes définitivement trop détendu si : vous vous ennuyez souvent, vous sentez que vous utilisez trop peu votre potentiel et vos capacités, vous n’êtes pas suffisamment motivé. Si vous vous sentez bien, que vous appréciez votre activité et votre temps libre, que vous vous sentez motivé et détendu en même temps, que vous avez fait du bien, alors le niveau de stress est probablement le bon pour vous à ce moment-là. Vous êtes soumis à trop de stress si vous vous sentez surchargé et vous faites plus d'erreurs même pour des tâches qu'en général vous maitrisez, si vous vous sentez dépassé, si votre humeur est souvent fluctuante, si votre capacité de concentration est en baisse constante ou si vous tombez malade plus souvent que d’habitude.

Le secret est donc d'apprendre à reconnaître à temps les signes de l'épuisement.

Nous savons déjà qu'il est beaucoup plus efficace de prévenir que de guérir. Le stress ne fait pas exception : plus tôt nous identifions les signes avant-coureurs, plus sera-t-il facile de se concentrer sur les stratégies de gestion concrètes et efficaces.

Les signaux d'alarme peuvent être physiques (par exemple maux de tête répétés, maux d'estomac ou de dos, tensions musculaires, palpitations, troubles du sommeil, etc.); de nature émotionnelle (peur constante de l'échec, agitation, irritabilité, etc.); de nature cognitive (difficulté à se concentrer, pensées répétitives, la petite voix intérieure qui ne s'arrête jamais, etc.); ou comportementale (l’abandon des relations personnelles, diverses dépendances - certaines apparemment anodines, comme lire beaucoup, ou regarder des films), des accès de fureur fréquentes etc.

Vous pouvez éprouver un ou plusieurs de ces symptômes, ou peut-être tous. Vous seul savez ce que vous ressentez, quelle est votre « normalité », ce qui est trop peu ou en excès pour vous.

Ce qui est sûr, c'est qu’être toujours (pré)occupé n'est pas nécessairement une vertu, mais c'est un choix. C'est aussi un choix d'être en contact avec vous, d'écouter votre corps, d'analyser votre comportement et vos sentiments et de décider d'agir de manière bénéfique pour vous. Il est possible d'atteindre et de maintenir l'équilibre entre la pression et la performance, entre les exigences et les ressources, entre l'effort et la joie. C'est un choix. Votre choix !

Cătălina Măriuța

Master  trainer & Coach persolog®